skip to Main Content

En France, dans les premières années de l’immigration, les fidèles priaient sur les paliers, dans des garages loués ou locaux similaires non appropriés, souvent aussi dans les débarras de foyers pour travailleurs. L’étape suivante a consisté à louer des salles, ateliers ou des commerces abandonnés – c’est ainsi que furent créées lesdites « mosquées d’arrière-cour ». Des critères tels que la facilité d’accès aux piétons, des prix de location abordables ont eu pour conséquence le fait que la plupart de ces mosquées était située dans les zones de rénovation des grandes villes françaises.

Une autre étape a été franchie avec les premières mosquées acquises en tant que biens immobiliers, et également partiellement la construction de mosquées dont l’architecture s’inspirait de la traditionnelle ligne des mosquées des pays d’origine. Avec l’acquisition, les anciens « travailleurs immigrés » manifestèrent leur intention de vivre de manière permanente en Europe.

Sur le plan organisationnel, la création et l’encadrement des communes des mosquées, le soutien associatif et l’organisation du travail communautaire font partie des tâches centrales du département de développement de la communauté.

Ce département surveille le travail communautaire et apporte son aide pour la résolution des problèmes organisationnels. Lors de la création de communautés, elle s’occupe de l’élaboration des statuts et des aspects fiscaux du travail communautaire. La saisie statistique de ces derniers et l’observation de la formation des membres font également partie du champ d’activités du département. Dans ce sens, il lui incombe donc d’encadrer les membres de la Communauté.

Enfin, c’est sous la direction de ce département que sont organisées les rencontres annuelles et les grandes manifestations de la Communauté.

Back To Top