skip to Main Content
Intervention Au Congrès Des Musulmans De France

Intervention au Congrès des Musulmans de France

Le 9 décembre 2018 – Institut du monde arabe – Paris

Chers invités,

Tout d’abord, il semble utile de vous faire une brève présentation de notre organisation dénommée plus communément Milli Görüs.

Dès les années 1965-70, la première génération des musulmans arrivant de Turquie ont commencé à s’organiser socialement afin de préserver leur religion et leur culture en gardant l’objectif et l’espoir de retourner dans leur pays d’origine aussitôt qu’ils le pourront.

C’est dans ce contexte que Milli Görüs, la première organisation des immigrés venant de Turquie, a vu le jour pour répondre à ce besoin des musulmans d’Europe et ouvert ses premières mosquées dans les années 1970 pour la France.

 

PRESENTATION MILLI GORUS

Pour les générations qui ont suivi, la CIMG a évolué afin de répondre tout naturellement aux nouveaux défis qui étaient de prendre en compte une réalité, à savoir : les enfants des musulmans immigrés sont devenus des citoyens à part entière qui n’aspirent plus à rentrer dans leurs pays d’origine, bien au contraire, car ils se sentent pleinement Européens et pleinement Français.

À ce jour, la CIMG se donne pour objectif de répondre à un besoin des musulmans de France et d’Europe qui est de vivre en parfaite harmonie et en adéquation avec leur foi, leur culture et leur pays d’adoption qui est devenu leur seconde mère patrie.

À ce jour, la CIMG est présente dans plus de 11 pays européens mais également dans d’autres pays comme les États-Unis, le Canada et l’Australie. Elle est avant tout une organisation européenne et possède plus de 586 mosquées, 96 écoles avec plus de 160 000 adhérents.

Concernant la France, la CIMG est organisée en 6 fédérations régionales.

Nos activités sont diverses : aussi bien culturelles que cultuelles et éducatives. De ce fait, la CIMG œuvre dans divers domaines comme :

  • l’éducation,
  • l’apprentissage de la religion islamique,
  • l’organisation du pèlerinage (pour rappel cela fait plus de 48 ans),
  • l’aide humanitaire au niveau mondial,
  • la prise en charge et l’assistance des obsèques.

 

Tous ces services qui répondent aux besoins des musulmans de France sont faits sans aucune distinction d’origine et dans l’unique but d’avoir l’agrément de notre Seigneur.

Tandis que les mosquées ou le pèlerinage sont organisés pour les musulmans, il est à noter que parmi nos services, d’autres ont une portée plus large et humaniste comme l’éducation et l’aide humanitaire accessible à tous les citoyens sans distinction de religion.

Dans la plupart de nos mosquées, nos prêches sont traduits en français pour une meilleure compréhension des fidèles. L’évolution de CIMG France ainsi que des fédérations et mosquées de France s’est faite naturellement et continue à se faire notamment avec le CFCM.

Nous, organisation islamique, gestionnaire des lieux de cultes n’avons pas attendu qu’on nous le demande, nous le faisons dans l’intérêt des musulmans de France et de notre société, et surtout parce que cela nous est prescrit dans notre noble religion.

Nous continuerons dans ce sens car nous sommes des musulmans d’Europe, des musulmans Français. La CIMG a déjà mis en place 7 centres de formation d’imams en Europe, dont 2 en France et à ce jour des imams ayant grandi ici en France, ont été formés et exercent actuellement dans nos mosquées.

Leur nombre continuera de s’accroitre car cela est dans l’intérêt de nous tous que d’avoir des imams parfaitement francophones avec en plus de leur culture d’origine, la culture de leur pays actuel qu’est la France.

Il en est de même pour la construction des mosquées en France et comment ne pas parler de la grande mosquée Eyyup Sultan de Strasbourg dont la construction est évaluée à plus de 32 millions d’euros et dont les travaux ont déjà démarré.

La pose de la première pierre a eu lieu le 15 octobre 2017 dans un esprit exemplaire avec la présence des pouvoirs publics, et particulièrement de Monsieur le Préfet du Grand Est Jean- Luc MARX et du Maire de Strasbourg Monsieur Roland RISS que nous tenons ici à saluer et remercier particulièrement.

La présence du CFCM à cet événement avec l’ensemble des représentants des cultes d’Alsace a ravivé une fois de plus l’esprit de fraternité et du vivre ensemble.

 

LE FINANCEMENT DES LIEUX DE CULTES

Les musulmans de France sont généreux et se sont toujours impliqués dans la construction de leurs lieux de culte jusqu’à nos jours, mais alors pourquoi entendons-nous certains dire qu’il faudrait que cela soit confié à d’autres et bien-sûr, surtout à eux-mêmes puisque ne gérant pas de mosquées, ils seraient mieux placés pour gérer l’argent des musulmans ?

Où étaient-ils au moment où les mosquées ont vu le jour en France ? Combien de mosquées gèrent-ils ? Combien de mosquées ont-ils ouvert ?

Et n’ayant pas de mosquées pour collecter des fonds et connaissant les musulmans pour leur manque de générosité volontaire, ils choisissent de les taxer directement en mettant en place des taxes supplémentaires, taxe sur le halal, taxe sur le pèlerinage etc on va bien sûr percevoir la zakat aussi et nous en passons …

J’appelle ces messieurs à la raison car les musulmans sont fatigués de voir tous ces gens autoproclamés qui se donnent un rôle de représentants et qui essaient de façonner l’islam à leur manière.

Nous rappelons que toutes les mosquées actuelles en France sont gérées par des associations françaises qui ont des obligations et devoirs au niveaux des lois et qu’en l’espèce il est particulièrement mal venu de jeter le trouble sur elles avec une attitude paternaliste surtout quand cela vient de la part de personnes isolées qui cherchent à se faire une place.

Le chemin reste long et tortueux.

Nous sommes tous convaincus que les musulmans de France doivent s’organiser et continuer à se structurer pour préserver leurs croyances et leur foi afin de contribuer au mieux à l’essor de notre société.

Dans cette lourde tâche qui consiste à organiser et structurer la vie des musulmans de France, il incombe à chacun de prendre ses responsabilités, aussi bien nous les organisations musulmanes de France que les pouvoirs publics.

 

CE QUE NOUS ATTENDONS DES POUVOIRS PUBLICS

Veiller au respect de l’égalité entre les citoyens et au droit des libertés et notamment la liberté de culte. Lutter contre toutes les formes de racisme sans distinction afin de ne pas donner le sentiment d’une justice à deux vitesses et sélective.

Lutter contre les discriminations, notamment lorsqu’elles sont faites par certains politiques, ou certaines mairies qui utilisent tous les artifices pour empêcher injustement l’implantation de mosquées sur leurs territoires.

Lutter également contre la stigmatisation des musulmans, car ceci génère un climat de haine entre citoyens et mène à des amalgames profonds, ainsi qu’à de la peur. Nous aider à défier ces vagues de désinformation menées par certains médias visant à véhiculer des clichés erronés sur l’islam : faire passer l’islam extrémiste comme étant la norme et n’étant donc pas compatible avec la démocratie.

La stigmatisation et la provocation n’ont jamais été un bon moyen pour dialoguer.

Aujourd’hui, nous musulmans, acceptons avec les Français et Européens de confession musulmane le débat afin de dissiper les flous et les malentendus sur l’islam. C’est la seule façon de réduire la distance et la méconnaissance d’une religion de paix, c’est la seule manière d’atténuer les peurs et le repli des uns et des autres. C’est un combat à mener dans les deux camps par tous les êtres humains épris par les valeurs de tolérance, de solidarité et de justice.

 

CE QUE NOUS LES ORGANISATIONS MUSULMANES DEVRONT FAIRE

C’est de continuer à nous restructurer dans notre organisation avec le CFCM qui est notre maison commune et reformer courageusement cette instance pour lui permettre de fonctionner avec plus d’efficacité.

Le déficit d’équité et d’équilibre au sein du CFCM, notamment en ce qui concerne sa composition, ne peut perdurer d’avantage au risque de mettre en péril son existence.

Aussi cela doit être une de nos priorités. Dans le même sens, afin de renforcer notre CFCM, dans le cadre de nos réformes, nous devons également tout mettre en œuvre afin que les mosquées dites non affiliées à une des fédérations présentes ici soient également représentées.

Dans le cadre de ces réformes, nous avons été unanimes sur ces points et nous espérons qu’avec l’aide de Dieu, nous parviendrons à concrétiser ces changements qui renforceront sans aucun doute le CFCM.

Pour conclure, ici la confédération islamique Milli Gorus rappelle avec force son attachement à la préservation de l’unité des fédérations musulmanes et continuera avec constance dans cette voie avec le Conseil Français du Culte Musulman.

Fatih SARIKIR
Secrétaire Général


20181209_152026_1
20181209_151922_1
20181209_180415_1
20181209_181854_1
Back To Top