skip to Main Content
Le Sermon Du Vendredi – 21/09/18 : Craindre Allah Comme Il Se Doit

Le sermon du vendredi – 21/09/18 : Craindre Allah comme il se doit

Chers Croyants !

Nous devons craindre comme il se doit notre Seigneur Qui a créé les mondes et les êtres qui les peuplent et Qui règne sur eux. C’est ainsi qu’Allah nous dit dans le Noble Coran « Ô les croyants ! Craignez Allah comme Il doit être craint. Et ne mourez qu’en pleine soumission. »[1]. De même que nous devons Le remercier pour les bienfaits dont Il nous comble, nous devons craindre Sa colère si jamais nous venions à nous montrer ingrats face à ces bienfaits et à nous écarter de nos devoirs de serviteurs. Notre foi en Sa miséricorde ne doit en aucun cas nous amener à nous sentir préservés de Sa colère. Car si la miséricorde de notre Seigneur est infinie, Son châtiment envers ceux qui se détournent de Lui est toute aussi violente.

 

Chers Frères, Chères Sœurs !

Quand notre Saint Livre parle des personnes de science, Il nous dit, « Telles sont les paraboles que Nous citons aux gens; cependant, seuls les savants les comprennent. »[2]. Et selon l’expression de notre Prophète (sas), « Il suffit comme science pour la personne qu’il craigne Allah. »[3] Une personne possédant la conscience de l’infinie puissance d’Allah ne peut pas ne pas L’admirer et ne pas Le glorifier. Ne pas avoir conscience de cette puissance est dommageable à la fois pour la vie de ce bas-monde et celle de l’au-delà. Le préalable à la crainte de Dieu est de bien Le connaître. Pour cela, nous devons méditer et nous rappeler les attributs, les noms et les œuvres de notre Seigneur. Plus notre science et notre savoir augmenteront, plus le sentiment de révérence et de respect envers notre Seigneur augmentera. Le verset suivant illustre cette réalité : « Et c’est ainsi que, de tous les serviteurs de Dieu, seuls les savants Le craignent véritablement. »[4].

 

Chers Frères, Chères Sœurs !

En quoi la connaissance d’Allah engendrerait-elle Sa crainte ? En vérité, Allah est Pardonneur et Miséricordieux. Mais s’Il ne s’était fait connaître de nous que par Son pardon, Il aurait engendré l’espoir de Sa miséricorde sans la crainte de Son châtiment. Cependant, Allah n’est pas seulement indulgent et compatissant, Il est aussi tout-puissant, libre de toute contrainte, invincible, sans limites et peut à tout moment, à la lumière de son infinie sagesse, abattre Sa colère dévastatrice. Sa punition et Sa vengeance sont tout aussi intenses que Son pardon. Il fait toujours preuve de justice pour ses serviteurs en leur réservant des bontés dont ces derniers n’ont pas conscience.  C’est pour cette raison que les ignorants qui ne connaissent pas Allah peuvent facilement commettre toutes sortes de péchés.

 

Chers Fidèles !

Le mot taqwa, que l’on traduit en français par piété, exprime la façon dont nous devrions craindre Dieu. Ce mot porte le sens de protection et de précaution. Il exprime un effort et une tentative pour gagner la sympathie de quelqu’un de haut rang. Le musulman doit faire preuve de responsabilité envers Dieu en s’éloignant de tout péché. La preuve que l’on craint Dieu est d’essayer de vivre une vie conforme à Ses prescriptions. Pour gagner Sa satisfaction, il faut suivre Ses commandements et s’éloigner de Ses interdits.

 

Chers Frères, Chères Sœurs !

Comme nous le savons, nous avons, en raison de notre identité musulmane, un statut de minorité dans ce pays où nous vivons. Mais notre Seigneur nous a créés en tant que calife. C’est-à-dire que la terre entière nous est confiée. Par conséquent, il est important que notre crainte d’Allah se reflète dans nos relations sociales. Les beautés qui découleront de nos propres attitudes contribueront à une perception positive de l’Islam par les non-musulmans.

Qu’Allah nous permette d’être parmi les communautés qui font des actes en faveur de toute l’humanité et qui Le craignent. Amin!

[1]                      Sourate de la Famille d’Imran (Âl-‘Imrân), 3:102
[2]                      Sourate de l’Araignée (Al-‘Ankabût), 29:43
[3]                      Beyhakî, Şuabu’l İman, 2/204, H. No: 733 (Mektebetu Şamile)
[4]                      Sourate du Créateur (Fâtir), 35:28
Back To Top