skip to Main Content
Sermon Du 15.06.2018 – La Preuve De L’acceptation Du Mois Du Ramadan : La Continuité De L’état De Jeûne

Sermon du 15.06.2018 – La preuve de l’acceptation du mois du Ramadan : la continuité de l’état de jeûne

Chers frères !

Nous sommes entrés dans une atmosphère de spiritualité particulière avec la venue des mois de Rajab et Cha’ban et les nuits sacrées qui s’y trouvent. Puis c’est avec une joie immense que nous avons accueilli le mois de Ramadan, mois à qui nous avons fait nos adieux avec une grande tristesse. Comme vous le savez, le mois du Ramadan a une place importante dans notre vie religieuse. Le jeûne qui nous a été rendu obligatoire en ce mois a pour but, entre autres, de purifier les croyants de tout vice et de leur faire acquérir de nobles qualités. En ce mois, nous éduquons notre âme et notre corps. Nous apprenons à nouveau la patience, l’entraide, le partage et la dévotion. Ce mois nous enseigne que les bienfaits sur Terre sont passagers et que nous devons nous tourner vers ce qui est éternel pour nous élever. Nos cœurs ont baigné pendant un mois dans une atmosphère de profonde sérénité et spiritualité et en sont ressortis purifiés. Nous devons à tout prix conserver et faire vivre ces valeurs et ces habitudes après le Ramadan. Ceci est très important, car la responsabilité que nous avons envers Allah ne se limite pas à ce seul mois. Durant celui-ci nous avons essayé de passer la majorité de notre temps en adoration et avons redoublé d’efforts dans nos prières. Nous avons aidé les nécessiteux, nous nous sommes repentis de tous nos péchés. Nous devons maintenant faire en sorte que tout cela perdure au-delà du mois de Ramadan.

Le Ramadan est également une occasion d’acquérir de bonnes habitudes et de réaliser de bonnes œuvres. Nous ne devons pas nous en débarrasser aussitôt ce mois achevé. Il est certain que le musulman qui continue à vivre avec ces bonnes habitudes et à pratiquer ces bonnes œuvres sera récompensé même en dehors du mois de Ramadan. Il suffit de faire des efforts. Car Allah dit dans le Coran: « L’homme n’obtient que le fruit de ses efforts ».[1]  Selon l’Islam l’adoration nécessite de la continuité. Nous devons donc nous appliquer à garder vives tout au long de l’année les bonnes habitudes acquises durant ce mois. La plus noble des vies est celle qui est remplie d’adorations, de patience et dont l’unique but est la satisfaction d’Allah. ‘Aicha (r.a) nous rapporte qu’il fut posé au Prophète (sav) la question suivante : « Quelle est l’adoration la plus appréciée par Allah ? » et le Prophète de répondre : «celle qui même si elle est minime est réalisé de manière continue»[2].  Ainsi toutes les bonnes habitudes, mêmes les plus petites, que nous avons prise pendant ce mois seront sans aucun doute des actes d’adoration apprécié d’Allah si nous les conservons.

Chers croyants !

Il est malheureux de constater que les valeurs et les actes du mois de Ramadan disparaissent une fois ce mois béni achevé. Nous prêtons moins d’attention à nos adorations et l’on voit de nouveau surgir des querelles entre musulmans ou au sein des familles. Les cœurs purifiés lors du Ramadan sont à nouveau salis par ces mauvais comportements. C’est pour cela que nos actes d’adorations et nos bons comportements ne doivent pas se limiter au Ramadan. N’oublions pas qu’Allah nous tient responsables de nos actes jusqu’à notre mort comme Il nous l’annonce dans le Noble Coran : « Adore ton Seigneur jusqu’à que te viennes la mort ». [3]

Nous devons donc préserver toutes ces habitudes et maintenir ces efforts que nous avons fait pendant un mois pour éduquer notre âme. Nous devons nous appliquer à adorer Allah toute l’année, toute notre vie. Car la réussite dans ce bas monde ne suffira pas pour le bonheur et la félicité. Nous ne devons jamais oublier que pour réussir à la fois en ce bas-monde et dans l’au-delà, nous devons vivre comme nous l’ordonne l’Islam.

Qu’Allah emplisse chaque mois, chaque année de notre vie de la bénédiction du mois de Ramadan. Amin.

[1]                   Sourate Najm, 53:39

[2]                   Buhârî, Sahih, 20/100, H. No: 5983

[3]                   Sourate Hijr 15:99

Back To Top